Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vous reprendrez bien un peu de ... feuilleton?

    L'adaptation à l'écran de romans est un exercice difficile, réalisé avec plus ou moins de bonheur.  Raymond, Nicolas ou Guiddo ne me contrediront pas...

    Vous avez dû voir le pilote de l'adaptation télévisuelle du "Sang de la vigne", série de JP Alaus et N Balen. Juste retour des choses puisque c'est un synopsis que les 2 auteurs avaient initialement écrit, avant de se tourner vers l'édition devant la lenteur de production.

    Finalement localisé dans le bordelais, ce premier épisode met en scène un Pierre Arditi aussi vrai que nature. Mais pourquoi avoir rebaptisé son personnage Lebel au lieu de Cooker?

    Pour l'anedocte et selon des sources bien informées, c'est l'étiquette du Chateau la Gaffelière qui aurait servi de support visuel pour le vin autour duquel tourne l'intrigue.

    Mais vous l'aviez déjà reconnu!

    La bonne tenue de l'audimat à cette longue exposition d'alcool (à consommer avec modération il parait!) laisse envisager d'autres adaptations dans la même série.

    Bonne soirée

  • Devenez vigneron !

    Voici un site internet particulièrement intéressant pour nous, je vous en ai déjà touché quelques mots : Il s'agit de www.mesvignes.com:

    Vous achetez virtuellement quelques pieds de vigne pour 1 an parmi un choix d'une quinzaine de propriétés viticoles (dont le Domaine Fouassier que les voyageurs du CEP connaissent bien). Après avoir passé une journée de découverte du domaine, vous pourrez y faire les vendanges puis votre assemblage et ramener à la maison quelques bouteilles de votre nectar avec une étiquette au nom de votre cuvée...La classe !

    Nous y sommes allés 2 fois avec Patrick et nous connaissons bien Emmanuelle la fondatrice.

    Cette entreprise dynamique a besoin de s'étendre et pour cela cherche des actionnaires : allez voir le blog de Patrick et vous en saurez plus...

    http://www.business-angel-france.com/levee-de-fonds-participative-lexemple-mesvignes-com

    Si vous avez quelques éconmies, investissez dans votre passion !

     

    Annie

  • A propos de qualité... (2)

    Suite d'une petite série

     

    Parfois à l'occasion de dégustations regroupant de nombreux participant, on peut se retrouver confronter à une extrême divergence des avis sur la "qualité" du produit dégusté (non, je ne pensais pas au pinotage).

    Parfois on est amené, comme après le message précédent, à se demander ce que contient, ce que veut dire le terme qualité. Y a-t-il moyen d'obtenir une définition plus générale?

    Voici un des articles de Genevieve Teil. Pour ceux qui ne la connaissent pas, Genevieve Teil est un chercheur en sociologie à l'INRA qui travaille depuis longtemps sur les notions de qualité dans le milieu du vin. Dans cette étude, elle cherche à montrer comment l'organisation des conditions de dégustations fait apparaître une définition de la qualité d'un vin. C'est un peu ardu, assez sociologique mais très intéressant.

    Et attention, on ramasse les copies demain soir!

     

    Bonnes lectures

  • de la qualité... (1)

    Je dois vous avouer que j'ai été extrêmement surpris par la dernière livraison des "Gouttes de Dieu" dont nous avons déjà parler ici.

    A la fin de chaque tome, les auteurs présentent 3 - 4 vins. Dans celui ci ils nous parlent du Château Lascombes.

    Les commentaires ... sont dans la même veine que tout ce que j'ai pu trouver dans la blogosphère vinicole (à cette exception, et encore...). Et je dois avouer que cette belle unanimité me rend un peu septique. Mais si un membre du CEP veut me détromper...

    ... mais le plus étonnant reste la conclusion de la présentation dans les "Gouttes de Dieu": "... la rumeur court que Colony Capital [qui a racheté le château en 2001] aurait l'intention de revendre le château dans 10 ans au prix fort, et souhaite à cet effet obtenir d'ici là les faveurs des critiques américains. Nous sommes peut-être arrivés à une époque où ce n'est plus la philosophie du producteur, mais des raisons économiques qui décident du style d'un vin".

    Ce n'est pas tant la supposition qui surprend, nous en sommes tous persuadés au CEP depuis longtemps. Mais que cette réflexion se trouve dans un manga japonais à destination du très grand public! Il semblerait alors que la forme interrogative ne soit plus nécessaire...

     

    Bonnes reflexions